Matthieu GRAS

Les batteries NiMH dominent le marché du stockage de l’énergie pour les véhicules hybrides ainsi que pour les outils portatifs. Cependant le recyclage de ces appareils est actuellement faible. De plus les procédés existants ne sont pas écologiques car ils utilisent des composés toxiques et sont énergivores. Les batteries NiMH contiennent des métaux tels que Co, Ni, Mn, Al ainsi que des lanthanides (Ln) tel que La, Ce, Pr, Nd. Les lanthanides font partie des 20 métaux critiques classifiés par la Commission Européenne. Pour répondre à cette problématique écologique et économique, le but de ce projet est de développer de nouvelles méthodes pour la séparation sélective des différents éléments des batteries NiMH. Afin d’établir un procédé en adéquation avec le mouvement de la chimie verte, il est nécessaire d’éliminer l’utilisation et la création de composés dangereux. Les solvants organiques volatiles doivent donc être remplacés par des liquides ioniques peu toxiques, ininflammables et non volatiles.
Ce travail est une collaboration entre l’entreprise de recyclage de batterie Recupyl et le laboratoire LEPMI de L’INP Grenoble. La bourse de thèse est financée par le labex CEMAM.

figure these GRAS

Laisser un commentaire

Laurent DECHEAU © Copyright 2018
Theme: Cemam by Kayak Média